Internet mon amour

moi non plus ….

La guerre d’Hadopi

leave a comment »

squad

Annie Abrahams, Colette Tron et Emmanuelle Delafraye.
Performance
dans le cadre de Pourquoi la création ne soutient pas la loi Hadopi conférence/débat pendant le festival RIAM 06, 17 février  à 18h30 à la Boate à Marseille.

Texte de internetmonamour pour le livre collectif  « La guerre d’Hadopi »  :

« Les artistes se souviendront que nous avons eu le courage de rompre enfin avec le laisser-faire et de protéger leurs droits face à ceux qui veulent faire du Net le terrain de leur utopie libertarienne. » La phrase tout en nuances est signée Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture du président Sarkozy, à l’issue de l’adoption par l’Assemblée (pour le moins dans la douleur) du projet de loi Hadopi, le 15 septembre 2009. Comme Christine Albanel avant lui, comme beaucoup des défenseurs de la loi réprimant le téléchargement au nom de la culture, Frédéric Mitterrand a usé de l’argument imparable croyait-il, d’une défense des artistes et du droit d’auteur. Il se trouve que les artistes n’ont pas tous voté les pétitions que leurs producteurs leur faisaient signer. Il s’en est même trouvé un certain nombre, et pas des plus obscurs, pour signer la pétition au titre explicite « Téléchargez-moi », parue le 8 septembre 2008 à la veille de l’examen du premier projet de loi Hadopi par l’Assemblée. Initialement portée par le collectif Internet mon amour (jusque-là plutôt occupé à organiser des conférences au centre Pompidou qu’à exercer son lobbying auprès des députés), elle affichait 86 premiers signataires, tous auteurs, artistes, architectes, musiciens ou compositeurs, tous d’accord pour préférer de loin le partage et la distribution gratuite de leurs créations sur les réseaux à la tentative de monter les internautes contre eux pour maintenir dans leurs prérogatives obsolètes les intermédiaires des industries culturelles (1). Des artistes contemporains comme Claude Closky ou Paul-Armand Gette, des écrivains qui renouvellent le genre comme Chloé Delaume ou Christophe Fiat, des collectifs qui revendiquent la création partagée (Mu, Locus Sonus), des designers ayant pignon sur rue (Etienne Mineur), des metteurs en scène de théâtre qu’on a vus à Avignon (Philippe Quesne), des figures du street-art comme Invader ou M. Chat et bien sûr des net-artistes reconnus (Agnès de Cayeux, Valéry Grancher…) venaient dire exactement le contraire de ce que soutient M. Mitterrand et consorts. Bref, ladite liste n’avait rien à envier à celle des cinéastes et musiciens criant au voleur téléchargeur parue précédemment dans « le Monde » ou « le Journal du dimanche ».

Au contraire, ces 86 artistes, auteurs et créateurs, bientôt rejoints par près de 700 internautes des milieux culturels, affirmaient qu’Hadopi « est contraire à nos pratiques, tout comme il est extrêmement méprisant des usages et totalement ignorant d’un monde simplement contemporain », que « l’œuvre est regardée, écoutée, partagée, comme jamais auparavant » et que de ce fait, « créateurs et regardeurs ne peuvent être filtrés par une loi obsolète et crétine. » Aucune réponse gouvernementale, sauf le mépris. Dans les discours officiels, les auteurs et les artistes sont toujours présentés comme partisans d’Hadopi, contre le téléchargement, pour la protection de leurs droits.

Malgré la lecture de la pétition à l’Assemblée par des députés de l’opposition, pas une fois les auteurs de cette pétition n’ont été contactés par leurs représentants au pouvoir. Face à cet ostensible mépris, le collectif Internet mon amour a organisé des tables rondes, à Marseille comme à Strasbourg ou Paris, au cours de manifestations culturelles grand public, pour tenter de faire pièce à la propagande gouvernementale. Jusqu’à l’absurde : le 1er avril 2009, sous les fenêtres de la ministre Christine Albanel, Internet mon amour appelle à une « flashmob à l’artichaut ». Sept minutes (le temps d’un speed-dating) à brandir l’artichaut en suivant le principe de la flashmob, qui réunit via l’Internet une foule pour un geste un peu absurde. L’artichaut brandi puis déposé en gerbe devant les grilles de la rue de Valois n’avait d’autre valeur que symbolique : pour paraphraser Coluche, l’artichaut est le seul plat, qui, « quand tu as fini de le manger, t’en as plus dans ton assiette que quand tu as commencé ! » Manière de montrer par l’ironie que les échanges de fichiers numériques ne sont pas du vol mais participent d’une vraie culture contributive. Et plus prosaïquement aussi, parce que les artistes en question se sentent « autant entendu qu’un artichaut ». Aucune réaction du ministère, si ce n’est l’envoi de membres du cabinet de la ministre munis de vinaigrette (trop drôle)… Pas plus qu’il n’y en eut à la lettre ouverte au nouveau ministre de la Culture qu’Agnès de Cayeux, signataire de la pétition et membre du collectif Internet mon amour, lui adressait cet été, après sa première diatribe pro-Hadopi à l’Assemblée (3). Après quoi, le même ministre se félicite de son « courage » pour défendre les artistes…

(1)  La pétition est parue en ligne sur le site poptronics, membre d’Internet mon amour, le 8/09/08 et dans Libération le 10/09/08.

(2)  Au festival de l’Ososphère en septembre 2008, au rencontres du Riam à Marseille (Rencontres internationales des arts multimédia) en février 2009, à Paris dans le cadre de Futur en Seine, en mai 2009.

(3)  A lire sur poptronics : http://www.poptronics.fr/Cher-Frederic-M-a-propos-d-Hadopi

Annick Rivoire

Written by internetmonamour

octobre 12, 2009 at 9:15

Publié dans Uncategorized

ima_actu hadopi : la re-lecture de la loi « Création et Internet » est fixée au mercredi 29 avril

leave a comment »

Pour « clarifier la situation », M. Accoyer a donc décidé de réunir « le 15 avril à 16H30 » la conférence des présidents. Cette réunion de l’ensemble des présidents des groupes politiques et des commissions de l’Assemblée et à laquelle assiste le membre du gouvernement chargé du Parlement, fixe l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée.

La re-lecture de la loi « Création et Internet » est fixée au mercredi 29 avril :

http://www.ecrans.fr/Hadopi-la-revanche-le-29-avril,6962.html

http://www.professionpolitique.info/breve/13-04-09/texte-internet-accoyer-convoque-une-conference-des-presidents-le-15-avril

Written by internetmonamour

avril 14, 2009 at 7:36

Publié dans ima_actu

ima_actu hadopi : pour le cinéma

leave a comment »

Suite à l’appel des 13, la « lettre ouverte aux spectateurs citoyens » publiée sur Libération lundi 6 avril 09, Juan Paulo Branco Lopez mobilise l’industrie du cinéma, ceux qui l’ont construite et leurs spectateurs à poursuivre leurs efforts. http://pourlecinema.over-blog.fr
premiers signataires : Chantal Akerman, Christophe Honoré, Jean-Pierre Limosin, Zina Modiano, Gaël Morel, Victoria Abril, Catherine Deneuve, Louis Garrel, Yann Gonzalez, Clotilde Hesme, Chiara Mastroianni, Agathe Berman et Paulo Branco.

Written by internetmonamour

avril 10, 2009 at 7:45

Publié dans ima_actu

Seconde lecture de la pétition Téléchargez-moi à l’assemblée nationale

leave a comment »

Intervention de Christian Paul à l’assemblée nationale et seconde lecture de la pétition Téléchargez-moi

Loi création et internet : Lors de la dernière journée d’examen du projet de loi portant sur internet et la création (9 avril 2009)

christianpaul

Written by internetmonamour

avril 9, 2009 at 5:23

Publié dans action

Artichauts quand je vous tiens !

with one comment

Flash mob artichaut

source: poptronics.fr

Le soleil est contre le projet de loi Création et Internet : il l’a prouvé ce midi en brillant insolemment dans les jardins du Palais Royal, où se tenait la flashmob initiée par Internet mon amour (et poptronics, qui fait partie de ce réseau informel d’artistes, activistes, chercheurs et autres critiques du réseau) appelée « artichaut pirate ». Une centaine de personnes se sont ainsi retrouvés sous les fenêtres de madame la ministre pour brandir bien haut ses artichauts pirates, un pied de nez performatif à la loi Hadopi en discussion à l’Assemblée, dont poptronics et Internet mon amour n’ont cessé de dire tout le mal qu’ils en pensaient.

A midi pétantes, Albertine Meunier, artiste membre du collectif, a sifflé le coup d’envoi de cette mobilisation éclair, sept minutes montre en main, le timing des speed-dating (ces rencontres rapides très en vogue dans les milieux de l’économie 2.0), le temps le plus court qui soit pour attirer l’attention de la ministre. Christine Albanel ferraille et défend en ce moment même à l’Assemblée le projet de loi anti-piratage critiqué de toutes parts, jusque dans sa majorité, mais qui devrait au final être adopté.

En dépit de toutes les oppositions, concerts libres (vendredi 27/03), et autres Download day (réunions d’échange de fichiers, samedi 28/03 au Louvre), contre-propositions et montée de la fronde des députés (à suivre en direct grâce à PC Inpact dont on salue au passage le boulot), avis d’experts et votes au Parlement européen

Et ce n’est pas l’irruption au sein de la flashmob artichaut d’émissaires du ministère de la Culture encravatés, et équipés de petites bouteilles de vinaigrette (dont on doute qu’elles aient été acquises légalement…) qui pourra lutter contre le courant. Même si ces trois individus tentaient l’humour en réaction à la performance, la distribution de badges « j’aime les artistes et je ne pirate pas » a tourné court… « Gardez-les donc, on n’en veut pas ! » « Je suis un artiste et je télécharge. » « Nous aussi on aime les artistes, d’ailleurs nous et eux avons signé une pétition qui dit “téléchargez-moi“ », s’est un tantinet énervé Agnès de Cayeux

Un moment d’ambiance à suivre en vidéo grâce à Tristan Mendès France (egoblog) :

artichaut_egoblog

Après sept minutes bras en l’air et artichauts en main, les flashmobeurs ont voulu déposer leur bouquet d’artichauts au ministère. Grilles fermées et interdiction d’entrer, police en retrait et forces de l’ordre sur les dents… Le bouquet a donc été déposé au pied des grilles, façon gerbe funéraire. « C’est l’enterrement de la culture », prophétise un manifestant. « Pas du tout, c’est la mise en bière de ce projet de loi idiot », rétorque une autre. Et Nathalie de sortir d’un thermos providentiel la première soupe à l’artichaut P2P, à partager de gobelet en gobelet.

Ironique et bon enfant, légère et pourtant très sérieuse, la flashmob artichaut pirate avait pour ambition de donner une autre image des internautes mobilisés contre le projet de loi : ni terribles pirates, ni « cinq gus dans un garage », ni même « jeunes sans foi ni loi », les participants étaient tout bonnement ordinaires, recouvrant l’Internet comme on l’aime, ouvert et divers, populaire et généreux. Et sur le Net, quelques artichauts ont fleuri en solidarité : la manifestation a même été suivie dans Second Life (voir photo ci-contre) tandis que Guillaume-en-Egypte, le chat pigiste de poptronics, a rameuté son « gang » d’artistes et d’icones levant l’artichaut !

Guillaume participe à la flashmob artichaut, avec quelques uns de ses amis

Guillaume participe à la flashmob artichaut, avec quelques uns de ses amis

 

>> voir le diaporama de photos sur flickr

Flash mob artichaut

 

quelques videos
by charlydupuis

artichaut_trucadire

 

by street reporter

artichaut_streetreporter

Written by internetmonamour

avril 1, 2009 at 1:04

Publié dans action

Flash Mob Artichaut Pirate, le 1 avril 2009 au Jardin du Palais Royal inside à 11h55 précises.

with 4 comments

Munissez-vous d’un artichaut pour dire non à la loi Création et Internet
en discussion au Parlement.

Et puisque nous ne sommes pas entendus, nous en arrivons au geste absurde, sous les fenêtres de Christine Albanel. Il fera beau mercredi 1er avril dans les jardins du Palais Royal…
Ceci n’est pas une farce !

…………………………………………………………………………………………………….

Instructions

1. Munissez-vous d’un artichaut (de préférence cru).

2. Rendez vous dans les jardins du Palais Royal à 11h55 le mercredi 1er avril 2009.
les différentes entrées d’accès au jardin

3. Lors du coup de sifflet, brandissez votre artichaut, seule arme possible.
Immobilisez-vous pour ce geste absurde pendant 7 minutes.

4. Au deuxième coup de sifflet, sortez votre pique nique !!

…………………………………………………………………………………………………….

artichautPourquoi l’artichaut ?
« On n’a qu’à manger des artichauts. Les artichauts, c’est un vrai plat de pauvres. C’est le seul plat que quand tu as fini de manger, t’en as plus dans ton assiette que quand tu as commencé ! » Coluche

« Parce que je peux le télécharger facilement »

‘Parce que on est autant entendu qu’un artichaut »

« Parce que un artichaut c’est libre »

« Parce que vaut mieux faire du Artichaut To Artichaut que du P2P »

« Parce que je l’artichaut je l’vaux bien » . Anonyme

« Parce que un artichaut averti en vaut deux ! qu’on se le dise … »

« Parce que en anglais on dit artichoc ! »

« L’art is show parce que le broc au lit » . by Picab’

« Parce que j’ai un coeur d’artichaut »

« Parce que l’artichaut il se mange tout cru »

« Parce que nous pouvons faire du foin »

« Parce que mon dada c’est la vinaigrette »

« Parce que dadartichaut »

Parce que les feuilles d’artichaut cru cela craque »

« Parce que pink arty shock »

Envoyer vos suggestions de « parce que … » à contact(at)internetmonamour.fr

facebook2 – rejoignez  le groupe dans facebook

twitter2 – rejoignez le fil twitter


en attendant le 1er avril, vous pouvez écouter et télécharger :

palais-royal1

à télécharger : Le palais royal est un beau palais

Written by internetmonamour

mars 18, 2009 at 10:51

Publié dans action

Lecture de la pétition Téléchargez-moi à l’assemblée nationale

leave a comment »

Intervention de Sandrine Mazetier à l’assemblée nationale et lecture de la pétition Téléchargez-moi

Loi création et internet : Lors de la première journée d’examen du projet de loi portant sur internet et la création (mars 2009)

sandrine mazetier creation internet

telechargez-moi-liberation-septembre2008

Written by internetmonamour

mars 17, 2009 at 11:09

Publié dans action